...Le 1er garage cité Canrobert, Paris XVe.
...
  "Mon oncle était un technicien".
   
  Michel Dailliez neveu de Simone et Pierre Digue : "le 1er atelier carrosserie de mon oncle qui venait de son père (carrossier également avec un associé : DIGUE et ROUSSIN) était situé cité CANROBERT".
   
 

Société historique du XVe - François de Béru : "la cité Canrobert (du nom du maréchal du Second Empire) était une cité industrielle qui a disparu dans les années 60 lors de la rénovation du secteur Sablonnière. Elle était en impasse et donnait au 32 rue Cambronne. Il n'en reste rien. Photo trouvée ci-dessous datant des années 60".

   
 
   
  "Dans ce garage est arrivé ensuite Monsieur Servais comme peintre et qui sera en 1961 chef d'atelier à la grande station service de caravanes "Digue & Cie" de Coignières (78) et avec Madame Yvonne en tant que directrice. Le garage "Digue et Roussin" se situait au fond à droite et en face il y avait une fabrique de boite à cirage". Michel Dailliez se souvient d’un immense tas de 2 mètres de copeaux en fer blanc sur le trottoir.
   
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : 2162W 140
  1921 - Digue Pierre et Roussin Raoul : industrie de charron et forgeron.
   
  "Industrie"pour donner plus de grandeur dans cette évolution automobile.
Pour les caravanes, Pierre Digue, tenait-il cette ambition industrielle de son père ?
   
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : D33U3 1354
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : D33U3 1354
   
  La production après-guerre 14-18 va s'accroître assez lentement. Si quelques grands constructeurs commencent à produire eux-mêmes leurs carrosseries, presque tous les fabricants de châssis indépendants font toujours appel comme aux débuts de l'automobile à des artisans carrossiers.
   
  Digue et Roussin ont dû remettre en état des voitures usagées de la guerre 14/18 et des charrettes, des tombereaux, des fiacres.
   
 
   
 
   
  Ci-dessus image source ici
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : D33U3 925
 

Suite de l'acte du 04 mars 1920 (en cours)

  Marius Gruau était charron également - Caravanes Gruau.
   
 
 
 
   
 
  NICE - La Gare - Editeur : Cauvin n°15. Source ici
 
   
  Les années passent. Paris rue Royale année 1935.
   
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : 3338 W62
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : 3223W 637
  1939 - Changement dans la raison sociale de la Société.
   
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : 3223W 637
  Ces petites fiches en bristol sont les fichiers du registre du commerce.
   
 
  Paris Place de l'Opéra février 1939
  Youtube : Puccini - Turandot : Nessun Dorma
   
 
  Source : Archives départementales de Paris. Cote : D34U3 3462
 
 

Source : Archives départementales de Paris. Cote : D34U3 3462

  Société reconduite le 1er mai 1938 et pour une durée de 100 ans, soit jusqu'en 2037.
Mais dissolution en 1952. Pierre Digue fils se sera installé de son côté en 1945 rue du Commerce.
   
 
   
  Principe : chercher les inventaires par type de recherches.
Recherche de ce qu'il y a des fonds pour trouver des cotes.
Consultation en salle de lecture. Archives Départementales de Paris.
   
  Pierre Digue né en 1911, il serait intéressant de connaître sa scolarité*** puis sa formation et l'école de son apprentissage en carrosserie.
  *** Pierre Digue en classe de 6ème B a été mis en retenue tout un mercredi après midi pour avoir dessiné des camionnettes de camping sur son pupitre au lieu d'écouter
attentivement son professeur de mathématique.
 
   
  Cette publicité postérieure date de 1959/60 :
La garantie Pierre Digue & Cie... 30 ans d'expérience
1960 - 30 = 1930.
   
  Pierre Digue a dû démarrer dans son métier en 1930 agé de 19 ans. Avait-il travaillé chez un patron ou avait-il regagné tout de suite le garage de son père... Les années passent et le futur constructeur de remorques, de "camping" puis de caravanes va avant cela et pendant quelques années se spécialiser dans la transformation et le recarrossage d'autos d'occasion en break pour le commerce et le transport de marchandises.
   
  Michel Dailliez : "C'est dans cet atelier cité Canrobert que mon oncle avec Roger Pagnier son peintre et futur associé transformaient des Citroën C4 d'occasion en break. Roger Pagnier peignait parfois les autos dehors devant le garage. Ses parents étaient sellier. J'étais en admiration devant l'aisance qu'avaient ces deux hommes pour tracer les filets de décoration sur les véhicules carrossés par leurs soins. A l'aide d'un petit pinceau à longs poils (dénommé trainard) d'un seul geste sans trembler ils effectuaient des tracés remarquables de différentes couleurs et peignaient également les chiffres et lettres des plaques d'immatriculation en un temps record".
   
 
  Citroën C4 Fourgon
   
  Transformation d'autos d'occasion en pick-up se souvient Pierre Fabre concessionnaire Digue à Carcassonne.
   
 
   
 
   
  Illustration avec des photos du net et non contractuelles.
   
 
 
  Peugeot 202 UH Canadienne. Woodie (car body style) et Citroën B12 Torpédo Commercial 1927.
   
  Cette appelation "Canadienne" que Pierre Digue donnera ensuite pour ses premières remorques en 1945 et pour le transport de marchandises*** ici est-elle en relation avec ce type d'autos ?
  *** pour une mission Marchand au Sahara. Livre "Caravanes de chez nous" Editions MDM.
   
  Info Christian : "Mission Marchand, il y a peut-être homonymie en 1945, mais la mission du Commandant Marchand dite "Congo- Nil" a eu lieu en 1896. Jean- Baptiste Marchand est décédé en 1934. Il y avait une mission depuis l'immédiat après guerre jusqu'au milieu des années 50, même en dehors du continent africain visant à parcourir une grande distance sur terrain difficile, je n'en ai pas trouvé utilisant de remorque. (Pour être exact, j'en ai trouvé une partie de Tunis, derrière un break Simca 1500 mais en 1966). Les plus fréquentes visaient à traverser l'Afrique du Nord au Sud (Renault : Méditerranée- Alger- Le Cap en 1951, Mercier- De Cortanze en 1951 sur 203 commerciale)".
   
 
   
  D'autres photos ici
   
 

Les "Woodies" (vient du mot "wood" = bois) ..."fabriqués sur commande à la main par des artisans carrossiers ou charpentiers locaux qui achetaient les châssis nus et les mécaniques aux grands constructeurs automobiles et faisaient eux même l'aménagement complet .... A l'origine ces Woodies n'avaient aucune prétention familiale ni sportive car c'était plutôt des véhicules utilitaires ou à usage commercial destinés à assurer le transport des marchandises et des passagers..." source/lien : http://blog.jpblogauto.com/post/2016/06/03/Les étonnantes-Woodies un autre lien sur les woodies : ici

   
 
   
  Youtube : Quantic - Times Is The Enemy
   
 

Cette vidéo a 111 ans et elle s'appelle "une promenade sur Market Street" tournée 1 semaine avant le grand tremblement de terre de San Francisco. Dans 111 ans, nous serons probablement tous morts et les gens regarderont des vidéos de 2017. La suite des commentaires (en anglais) sous la vidéo.