...Autres notes et commentaires numérotés de 1 à 7
.. de la page précédente.
 
 

(1) Christian Sterckeman (la belle histoire des caravanes Sterckeman) page 94.
C'est en 1962 que la Chambre Nationale des Constructeurs de Caravanes fût créée. La Chambre Syndicale des Constructeurs de Caravanes... jusqu’alors et depuis rattachée à la chambre syndicale de la carrosserie (automobile). Monsieur Baillou lui-même constructeur à Pons en Charente Maritime en fût le premier Président.

Dans le livre d'UNI VDL à l'ocasion des 50 ans (1963 - 2013). La mise en place d'une chambre syndicale : elle est embryonnaire dans les années 50, le marché ne justifiant pas encore l'existence d'une organisation syndicale autonome. C'est pourquoi dans un premier temps, entre 1955 et 1962, les véhicules de loisirs sont rattachés à la Fédération française de la carrosserie. En 1963, leur propre chambre syndicale sera créee, la Chambre Nationale des constructeurs de caravanes et maisons mobiles (CNCCMM). Le 1er décembre 1977, la CNCCMM et l'Union syndicale nationale des industries de la caravane (Usnic) - syndicat dissident crée par quatre constructeurs - se regroupent pour créer le Sicverl, le Syndicat des industries de la caravane, des véhicules et résidences de loisirs. En 1983, son premier président sera Michel Dufrancatel, qui dirige alors la société des caravanes Esterel. La vocation industielle de la profession est clairement affirmée.

 
Ch. Sterckeman : A la chambre Syndicale, Simone Digue et Christian Sterckeman sont les Vices présidents.
 
Simone Digue est active...
 
Page 84/85 : Une profession de femmes.
Comment ne pas parler de
Simone Digue connue pour sa vivacité.
Elle participa beaucoup au développement du marché en France
et qui a su valoriser les qualités de son mari Pierre Digue.
 

François : Ne pas parler de Simonne Digue, dans l'histoire du caravaning en France, serait comme de ne pas parler de Simone Veil dans la lutte contre la discrimination des femmes.

 
 
 
 
 
Emouvante, expressive Simonne Digue à Rozoy en écharpe bleu blanc rouge marriant sa fille en 1966.
Nous ne vous oublierons pas.
 
 
 
Vivez libres et heureux en Caravanes !
 
 
D'autres pages du livre de C. Sterckeman ici et ici
 
Femme de presse, Nicky Grassart s'exprimait dès la fin des années 50 dans la revue Caravaning dont elle devint plus tard la rédactrice en chef. Elle fut la voix des caravaniers et des caravanières, apporte aux utilisateurs des conseils, écrira un ouvrage ici
 
Pierre Charvel journaliste et également très connu dans ce milieu. Rédacteur en chef à l'auto journal puis il entre à la revue "Caravaning" et réalise 2 raids en caravane "Digue". Pierre Charvel écrira un livre ici.
 
 
Dessin calque de Pierre Charvel.
 
(2) En 1963, Pierre et Simonne Digue sortaient d'un contrat d'exclusivité pour la France avec l'Anglais Sam Alper caravanes "Sprite". Ils ont procédé ainsi pour la suite.
 
(3) Cette véritable affaire industrielle de caravanes à Rozoy fût lançée en 1959. M. et Mme Verdrot sont arrivés chez Digue en 1964. Soit 5 années plus tard. En 1959, Pierre Digue avait à son actif plus de 30 années en carrosserie : transformation d'autos en commerciales, petites remorques, camping "Passe Partout", ses premières "Paris Caravanes" puis les caravanes "Sprite" françaises et toutes celles qui ont suivi.
 
(4) Pierre Digue aurait-il pu être constructeur de bateaux ?
 
Ci-dessus "le SICAPI" (SImonne CAtherine PIerre).
 
Réponse d'Henri-Jacques, fils de Madame Verdrot et ami de Roger Pagnier et animateur de ce site : http://www.cmc-retronautisme.fr/accueil.htm
 
Henri-Jacques : Avant guerre, les bateaux étaient en bois. Il y avait quelques bateaux en tôle, mais assez peu. Ensuite ils sont passés à la fibre.
 

Autres remarques de François : Avant guerre Pierre Digue a suivi une formation de carrossier auto et sa passion pour les bateaux au début n'était pas aussi prononcée. Et puis il y avait son père charron et qui avait un garage. Dans un autre contexte Pierre Digue aurait-il appris à travailler le bois pour construire des bateaux ? et nous n'aurions jamais eu de souvenirs avec les caravanes Digue. Elles n'auraient jamais existées !
mais "papa charron" était là... Pierre Marie François Digue né en 1882.

 
(5) En 1964, une Digue Amorette coûtait 6.300 Francs + 2,83 T.L. La 404 Peugeot neuve en 1960 coûtait à sa sortie : 9 150 Francs. le SMIG (salaire minimum garanti) pour 173h33 de travail en 1964 était de 334,440235 nouveaux Francs. Beaucoup de familles étaient sous la tente, par vocation et aussi parce que cette formule était la plus économique. Pour une famille de 5 à 6 personnes une caravane "Digue" même la moins chère du marché soit-elle coutait chère et il fallait avoir la voiture adéquate.
 
 
Mimizan (40) Camping Municipal - années 60'
 
 
Source de la photo ci-dessus : "L'esprit du camping" de France Poulain et Elisabeth Poulain
 
 

(6) Au succès il s'en suivra un procès. Ch. Sterckeman évoque bien des choses à propos des copieurs. Mais les caravanes Sterckeman n'ont pas eu à ouvrir un procès. Digue, boum ! et voilà qu'en plus une avalanche de critiques. Un article puéril dans un auto Journal repportera Christian Sterckeman. Cet article à la finale ne déconviendra pas complètement à M. Sterckeman lire ici et dont la marque se situant LOIN derrière la marque "Digue" dans les chiffres de ventes.

Nous "chérissons" également les belles anciennes caravanes Sterckeman et dont le récit des 20 premières années demeure globalement très intéressant. Merci avec Christian Sterckeman nous apprenons beaucoup de choses. A ce lien clique ici une très brève rencontre avec lui.

Sinon c'est génial !!! FOR-MI-DABLE... les Français découvrent la caravane. Ils sont heureux et épanouis. Digue a crée, Digue a impulsé et apporté de la joie, du bonheur. Autant dans la profession que dans les familles françaises. Digue était donc le coupable de tout, partout. Au banc des accusés : "Digue levez-vous ! vous êtes accusés d'avoir rendu les gens heureux. Faut pas faire des choses comme ça dans la vie vous savez !!!".

 
Le bien est plus intéressant que le mal parce qu'il est plus difficile. Jean-Paul Sartre.
 
Ah... eh voilà... comme par hasard dans les années qui vont suivrent Pierre Digue ne pensera plus qu'aux bateaux... Monsieur Digue pourtant a dû en "moudre du grain" sérieusEment et passionnément côté caravanes et cela pendant un certain nombre d'années ! l'obsession des bateaux à dû s'accentuer de plus en plus et suite à une série de déboirs et de désillusions. Monsieur Digue n'est pas passé comme ça, pour rien ou sur un coup de tête aux bateaux : "tiens Maurice (Verdrot) emmène-moi don dans ta DS et monte les barres de toit. Je vais aller faire des essais en barque !!!".
 
 
Passionné et bien que réservé voire timide, Pierre Digue a su tout de même démontrer sa joie, sa fougue !
 
 
Lorsque par exemple avec Madame Digue ils découvrent cette usine de rêve à Rozoy. Pierre Digue était fou de joie !!! Illico, ils décidèrent de dormir sur place et dès le lendemain à la première heure, vite !!! en savoir plus sur cette usine tant recherchée ! témoignage en 2008 de Monsieur Berquet fournisseur en bois. Revoir tout en bas page précédente de cet historique.
 
Depuis 13 ans, suite à cet authentique témoignage de Monsieur Berquet, c'est ainsi que je suis tombé littéralement amoureux de Pierre et de Simonne Digue. Je ne sais pas tout d'eux mais ce que je sais me suffit et de penser à une certaine poésie qui plane au dessus des lanterneaux de caravanes "Digue"
 
La puissance de la joie. Il suffit d'un instant, parfois d'une petite chose et pour que... hop ! la joie nous regagne.
 
(7) Roger Pagnier a contribué énormément à l'essor des caravanes Digue. A développé le réseau, a dirigé l'usine de Rozoy de plus en plus et complètement. Madame Pagnier était une femme douce et calme. Elle était au foyer. Elle a toujours su rester à sa place tout en suivant les aventures de son mari chez "Digue & Cie" & "Digue S.A.".

Josette leur fille se souvient : "lors des évènements en 1968, les employés avaient quitté leur poste et avaient fait sortir le personnel dirigeant. Tous devant l'usine. Mon père est ensuite arrivé. Il a demandé à une personne de garer sa voiture convenablement. Puis tout le monde a regagné l'usine et derrière mon père".

Monsieur Pagnier quittera Digue S.A. au début des années 70' et quelques années après M. et Mme Digue.
Roger Pagnier fera une courte apparition Chez Caravelair à Trignac 44 et se retirera à son tour du milieu de la caravane (pour raison santé).

Quelques temps après M. Pagnier reprendra avec une personne, une petite affaire qui coupait l'acier, le bois. Roger Pagnier va une nouvelle fois développer cette affaire et qui existe toujours. Roger Pagnier était quelqu'un de très professionnel et complet. Aussi bien "technique" que "commercial".

Monsieur Pagnier est brutalement décédé à l'age de 76 ans d'une seconde attaque cardiaque. Dans la cour de son domicile, alors qu'il descendait de son 4X4, il s'est écroulé. Roger Pagnier venait de quitter les siens.
 
 
Simonne et Pierre Digue sont les âmes des caravanes "Digue". Roger Pagnier n'est pas loin. Il y a toujours le début de l'histoire. Pierre Digue est le technicien-carrossier et qui dessine, réalise les petites remorques, les "Passe Partout" et les "Paris Caravanes".

M. Digue se rendait en Angleterre. Au début quelques personnes en France importaient les "Sprite" et rapidement les Anglais signeront un contrat avec Digue & Cie qui en deviendra le dépositaire. Madame Digue tient un rôle important en insistant auprès de son mari pour la conception de véhicules de camping y compris le "Passe Partout" explique Michel Dailliez.

Madame Digue s'est occupée de l'administration également. Pierre Digue et Roger Pagnier sont certainement avec elle. Il y eu le 1er changement pour cette S.A.R.L. "Digue & Cie" créee en 1955. Avec quel capital ? Pourquoi tout est au nom de Pierre Digue ?

Madame Verdrot précise qu'après 1964, l'affaire été lancée. Pierre Digue surveillait ça d'un oeil (l'autre en mer). Simonne Digue est vice présidente à la chambre syndicale et elle embauche Maurice Verdrot. Il y a ensuite dans cette S.A.R.L. les développeurs. Roger Pagnier se situe là dans ce développement.

Roger Pagnier était Directeur Général Adjoint. Monsieur Pagnier sera Directeur Général après le départ de Pierre et Simonne Digue. Au début de cette S.A.R.L. tous les 3 ont constitué une équipe, diriger le groupe sur les sujets importants. Il y a les banques, les actionnaires non opérationnels, le développement, la stratégie, la production, la distribution, les sites, la publicité, les salons, le personnel etc... Il y avait des problèmes ponctuels et compliqués à gérer.

Pierre Digue Simonne Digue et Roger Pagnier ont tous les 3 eu un rôle important. Les choses seraient-elles arrivées ainsi sans Pierre Digue ? sans Simonne Digue ? sans Roger Pagnier ? Chaque personne a été dynamique et a apporté une même et bonne energie. Ils avaient des motivations semblables et positives. Ils étaient un trio gagnant. Ils ont mis en commun cette envie de réussir, ce pari sur l'avenir... Ils ne s'attendaient pas à un tel succès et ils découvraient les choses en même temps qu'ils les vivaient.

Enfin, nous ne connaissons pas toute la longue histoire exacte des caravanes "Digue".

Ils étaient toujours dans la créativité.
 
Avant "Digue", Michel Dailliez était militaire
suite cliquer ici